Publié le 16 Septembre 2014

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles des derniers chantiers terminés. Nous nous sommes finalement décidés à créer l'escalier du salon, à finir la structure principale du garage et à poser le reste de plafond de cette pièce.

L'escalier donc, tout d'abord. 3 jours de boulot. De l'intensif. Toujours des contremarches inclinées de 10°.

Au début, beaucoup de calculs, de tracés sur le mur montant, des maths, de la trigonométrie, du compas et finalement le tracé puis la découpe des crémaillères :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

D'abord un petit test sur place avant découpe intégrale :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Puis découpe avec la scie circulaire, et même chose sur l'autre crémaillère. Deuxième phase de test, prise de niveau en place :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Ensuite, j'ai tout déposé, et j'ai assemblé les crémaillères avec des renforts latéraux :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Et cet assemblage a été mis en place et fixé sur les sols et dans les murs, pour plus de rigidité :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Tout ce boulot a pris au final une journée environ. Il a fallu ensuite découper chaque marche et chaque contremarche, avec un angle de 10° sur la longueur et un angle droit sur les largeurs. J'ai fait énormément d'aller-retour entre les crémaillères et l'établi placé dehors. Cela a permis d'adapter sur mesure chaque pièce découpée pour un assemblage parfait. Après encore une journée complète, toutes les découpes étaient réalisées et j'ai procédé à un montage à blanc :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Le troisième jour a été le plus pénible, puisque nous avons fixé chaque marche et contremarche par dessous (pour que ça soit invisible) à l'aide de tasseaux permettant de visser dans la marche et dans la crémaillère. Des vis liant marches et contremarches ont été placées et en fin de journée, l'escalier était utilisable. Mélanie a ensuite rebouché avec de la pâte à bois les rares interstices récalcitrants puis elle a poncé au grain 80 puis au 120 et appliqué 3 couches de notre vitrificateur invisible. Voici donc le produit fini :

084 - Escalier du salon, plafond du garage
084 - Escalier du salon, plafond du garage
084 - Escalier du salon, plafond du garage

Quelques précisions : la dernière marche n'est pas encore fixée, nous attendons d'avoir la hauteur du sol final du salon pour la relever légèrement ou la raboter. Côté mur en pierre, nous avons décidé de laisser un écart de quelques millimètres afin d'obtenir un rendu bien droit, et éventuellement d'incruster des LED par la suite. Pour nous, ça fait plus propre que d'essayer de reproduire la forme des pierres dans le bois.

Deuxième chantier, et non des moindres puisque nous devions le terminer depuis plusieurs mois (années ?) : la fin de la structure principale et par la suite la fin du plafond du garage.

En fait, il restait à placer quelques solives en I en réalisant un chevêtre pour la baignoire. Nous souhaitons en effet disposer d'une baignoire encastrée dans le sol de l'étage, façon bassin. Il a donc fallu créer un emplacement entre les solives, et les renforcer par de l'OSB. Occasion pour moi de jouer à nouveau au charpentier :

084 - Escalier du salon, plafond du garage
084 - Escalier du salon, plafond du garage

Sur la deuxième photo, on aperçoit un renfort transversal, des sabots SIMPSON et de l'OSB pour remplir l'âme des solives en I.

Par la suite, une fois les solives fixées, j'ai créé une structure capable (selon moi) de soutenir une baignoire remplie d'eau ainsi qu'un ou deux occupants :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Et comme cela dépassait du bas des solives, nous avons installé des rails pour descendre le plafond :

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Et pour terminer, nous avons ressorti le lève-plaques, afin de monter les quelques pièces de placo pour les fixer sur les rails. Pas spécialement difficile, ni trop long, on se voyait bien avancer :

084 - Escalier du salon, plafond du garage
084 - Escalier du salon, plafond du garage
084 - Escalier du salon, plafond du garage

Oui chez nous, les vélos roulent sur les murs ! La fin a été beaucoup plus chronophage, puisque nous avons dû adapter des morceaux étroits de placo entre les murs en pierre et le Kerto. Ici, lève-plaque impossible, alors tout a été monté à la main, avec quelques acrobaties...

084 - Escalier du salon, plafond du garage

Cela dit, c'est une bonne chose de faite ! Il nous reste à combler les trous entre le placo et les murs en pierre avec de la mousse polyuréthane, et nous pourrons épandre de la ouate de cellulose en vrac, par le dessus, pour enfin isoler le garage du reste de la maison, la cloison possédant déjà de la laine de bois. Ca sera donc fait avant l'hiver, on n'est pas mal !

Prochains chantiers :

- remplacement du tableau électrique par un modèle à 3 rangées, et câblage "propre" des différents circuits

- schématisation de l'installation électrique de l'étage pour passage des gaines dans les solives avant de poser le platelage en OSB

- début de la terrasse ?

La fin du salon a été remise a "un peu" plus tard, pour des raisons financières.

A suivre...

Voir les commentaires

Rédigé par BG & Mélanie

Publié dans #Escalier

Publié le 7 Août 2014

Bonjour à tous,

 

Malgré des avancées toujours plus lentes, nous avons ENFIN terminé la cuisine. Tout est fini, il ne reste rien à poser ou à vitrifier, nous pouvons à présent éplucher, trancher, cuire, assaisonner, mais surtout déguster et savourer !

 

Dans cet article, je reprendrai brièvement toutes les étapes de fabrication de la cuisine (car ça n'a pas été que de l'assemblage IKEA !), ainsi que les coûts et économies réalisées. Mais pour commencer, quelques clichés de ce projet achevé :

DSC01882.jpg

 

DSC01908.jpg

 

DSC01887.jpg

 

DSC01904.jpg

 

DSC01898.jpg

 

DSC01899.jpg

 

DSC01909.jpg

 

DSC01910.jpg

 

DSC01903.jpg

 

Pour parvenir à ce résultat, nous avons donc acheté et monté des caissons FAKTUM de chez IKEA, avec leurs pieds et quincaillerie associés.

 

Nous avons décidé de créer les façades et portes pour deux raisons : le prix excessif chez les cuisinistes, IKEA inclus (regardez le tableau ci-dessous), et le design car nous souhaitions quelque chose de très simple, presque brut. C'est donc avec des lames de plancher en chêne que nous avons fabriqué les façades et les portes. Elles sont très épaisses (24 mm), très lourdes (chêne massif) et très nuancées (nous n'avons pas pris de 1er choix mais avec des noeuds et des "défauts"). La construction a été plutôt longue mais pas spécialement difficile, avec les bons outils. Seul inconvénient : le bois travaille plus qu'on ne l'imaginait et il a été nécessaire de renforcer (de façon invisible) certaines portes qui se déformaient. Malgré ça, on voit que l'ensemble bouge :

DSC01900.jpg

 

DSC01901.jpg

 

DSC01902.jpg

 

A ce stade, on ne peut plus faire grand chose, on dira que ça fait partie du charme ! Si c'était à refaire, je procéderais différemment : j'achèterais du parquet de 16mm que j'assemblerais aussi en panneaux, mais je les collerais sur du contreplaqué de 8 mm (face intérieure). Cela limiterait énormément les déformations. A bon entendeur... salut !

 

Pour les plans de travail, hors de question d'acheter du stratifié et hors budget pour du quartz, alors la solution du béton ciré a été décidée : sur des plans de travail à carreler (en aggloméré marine de 25mm), nous avons appliqué un enduit spécial, pour un prix relativement élevé, mais qui correspondait finalement au stratifié intégral. Par souci d'esthétisme, nous avons aussi placé des plans de travail verticaux... Il y a donc beaucoup de surface !

 

Enfin, nous avons ajouté de l'électroménager toujours neuf mais acheté malin sur leboncoin ou via internet. Nous nous en tirons relativement bien (voyez toujours le tableau ci-dessous) ! Je vous conseille le site www.john-steel.com pour ses crédences sur mesure en inox. De bons prix, et un service sérieux ! Finies les crédences aux dimensions trop larges ou pas assez, ici ça tombe parfaitement bien ! Quelques accessoires plus tard, et les plinthes réalisées et posées à la manière des façades, la cuisine est terminée.

 

Bilan financier :

Sans-titre.jpg

Voyez plutôt : quasiment 3400€ économisés par rapport à un projet "on s'embête moins" !

 

Encore quelques clichés avec différents éclairages :

DSC01914.jpg

 

DSC01913.jpg

 

DSC01916.jpg

 

Vraiment chouette d'avoir terminé cette pièce, qui a représenté pas mal de boulot. Elle s'avère spacieuse et très fonctionnelle, tout ce qu'on voulait. Ca change de la kitchenette du mobilhome !

 

En parallèle, nous avons aussi terminé de poser les plinthes de carrelage et les joints ont été réalisés aujourd'hui. Finitions, finitions... Malheureusement, nous n'avons absolument pas commencé le salon : manque de temps, d'argent et d'informations. Nous souhaitons mettre en oeuvre un plancher chauffant sec (sans chape) et je ne sais pas trop quoi choisir parmi les produits disponibles. De même, j'hésite à placer des plaques de Fermacell sur ce plancher chauffant avant la pose du parquet contrecollé compatible. J'ai bien envie de placer le parquet directement sur le plancher chauffant, pour économiser en argent et en hauteur. Des avis là-dessus ?

 

Au programme pour le reste des vacances : réaliser l'escalier menant au salon, puisque je crois connaître la hauteur finale du plancher...

 

A suivre...

Voir les commentaires

Publié le 27 Mai 2014

Bonjour à tous,

 

Ouaaaah, plus de 2 mois depuis le dernier article ! Désolé ! On a bien remarqué que certains d'entre vous s'impatientaient, et ça, ça nous motive à continuer ! Pour être sincère, on a un peu beaucoup relâché la pression : maintenant qu'on vit dans la grange, avec un certain confort et de l'espace, ça devient plus difficile de se faire violence pour avancer. Du coup, ça traîne. Même les petites finitions ici ou là nous pèsent... Espérons que ça ne soit que passager et que la fibre de l'autoconstruction réapparaisse !

 

Depuis la dernière fois donc, on a eu quelques soucis avec la chaudière, certainement logiques après son installation. Quelques coups de fil au chauffagiste et tout est rentré dans l'ordre. On fera un vrai bilan de cette chaudière et du plancher chauffant après un hiver complet, donc en mars 2015. Le système est actuellement à l'arrêt depuis quelques semaines, car les beaux jours reviennent.

 

Nous nous sommes également pas mal occupés du jardin, de la tonte de l'herbe et de la taille des arbres. Entre autres, nous avons créé un massif de lavande à partir d'anciens chevrons de la grange et de super terre récupérée dans notre super compost, histoire d'habiller un peu le pignon sud :

DSC01153.jpg

 

DSC01158.jpg

Rien de bien extraordinaire me direz-vous, mais ça fait du bien de soigner un peu l'extérieur et de profiter du soleil !

 

A l'intérieur tout de même quelques avancées : les façades de cuisine d'abord. Après l'îlot central, nous avons créé les grandes portes pour le chauffe-eau, le frigo et le mini-congélateur. Les poignées, made in China, sont également posées :

DSC01134.jpg

 

DSC01139.jpg

 

Nous avons également terminé les portes et tiroirs bas, puis commandé et installé la hotte :

DSC01099.jpg

 

DSC01138.jpg

 

Le lave-vaisselle intégrable a été acheté et posé, sa façade créée et fixée :

DSC01140.jpg

 

DSC01141.jpg

Vous pourrez remarquer l'évier Franke accompagné de son mitigeur de la même marque, posé à blanc en attendant le béton ciré, et la plaque à induction encore dans son emballage pour la même raison.

 

Côté escalier, j'ai réalisé celui qui relie le séjour et la chambre d'hôte, afin de m'entraîner pour les 3 autres. Environ 8 heures de fabrication et 2 heures de ponçage et vitrification mais le résultat me satisfait pleinement pour un premier essai ! Je me suis bien embêté pour les crémaillères, réalisées en sapin et coupées au millimètre par ma fidèle Festool plongeante :

DSC00802.jpg

 

Le truc, c'est qu'on voulait un escalier un peu moderne, donc les marches ne sont pas perpendiculaires mais présentent un angle de 10° et elles ne dépassent pas sur les contremarches. Bien sûr, aucune vis apparente... On ne le voit pas trop sur les photos, mais l'effet est sympa ! Petit test à blanc, histoire de vous dévoiler le profil de la bête avant ponçage :

DSC00816.jpg

 

A partir de là, il restait un beau ponçage de finition, mais notre ponceuse amateur vibrante a quasiment rendu l'âme. Nous avons donc investi dans un chouette modèle pro d'occasion, une ponceuse orbitale excentrique, qui combine donc 2 mouvements et enlève vraiment beaucoup de matière en mode dégrossissage. Un investissement certes, mais quel outil, je conseille !

71zXJi-vVBL._SL1500_.jpg

 

Quelques heures de finition et trois couches de vitrificateur plus tard, voici notre petit escalier en place :

DSC01151.jpg

 

DSC01149.jpg

 

Pour finir cet article, nous avons commandé et posé une partie de notre kit béton ciré sur le plan de travail de la cuisine. Nous avons retenu la marque Mercadier pour la bonne réputation de ses produits (pas donnés cependant) et la couleur Zinc, un gris foncé. Nous avons décidé de nous faire la main sur l'îlot central, ce qui n'était pas la meilleure idée car c'est à cet endroit que nous avons la plus grande surface continue... Toujours est-il que Mélanie a commencé par appliquer le primaire en 2 couches :

DSC01058.jpg

DSC01063.jpg

 

Là, on s'est rendu compte que le pot de primaire était déjà vide et qu'il faudrait faire une autre commande. Grrrrrrr... Après un court séchage, nous avons préparé un peu de mélange (beaucoup trop en fait) de béton, et nous l'avons appliqué à la taloche :

DSC01073.jpg

 

DSC01067.jpg

 

Le truc, c'est de mettre de très fines couches, de l'ordre du millimètre. La première sert à couvrir le support, la seconde à lisser et à donner de l'effet à la matière. Malgré ça, après deux couches posées à environ 1 heure d'intervalle, le résultat ne nous plaisait pas :

DSC01082.jpg

 

En effet, le béton avait déjà commencé à tirer dans le seau et il était difficile à travailler. Les traces présentes sur le support étaient donc à la limite du volontaire et le résultat pas assez lisse et uniforme pour devenir un plan de travail de cuisine, cela même après ponçage :

DSC01087.jpg

 

Nous avons donc décidé d'appliquer une troisième couche de béton, et nous devrons donc en commander à nouveau car il nous en manquera. GrrrrrrrGrrrrrrr... Voici donc le résultat après séchage et ponçage de la troisième couche :

DSC01090.jpg

 

Voilà ce qu'on espérait ! Il ne restait alors qu'à appliquer un imprégnateur :

DSC01095.jpg

 

Et quelques jours plus tard, deux couches de vernis bi-aqua, spécial cuisine, avant de découvrir le résultat final, à la hauteur de nos espérances :

DSC01123.jpg

DSC01127.jpg

DSC01142.jpg

 

L'aggloméré a donc cédé sa place à une matière uniforme et robuste. On a une réelle continuité entre les parties verticales et horizontales de l'îlot, on croirait à un grand L d'une seule pièce. Petit détail de cette matière minérale avec un bonus installé :

DSC01130.jpg

 

DSC01129.jpg

Bloc prises escamotable OTIO intégré au plan de travail. Ca devrait s'avérer pratique...

 

Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer le résultat avec l'éclairage de la cuisine. D'abord toutes lumières allumées :

DSC01162.jpg

 

Et avec l'éclairage halogène d'ambiance uniquement :

DSC01164.jpg

 

Bon finalement, quand je remonte au début de l'article pour me relire et éviter les coquilles, je me dis qu'on a quand même fait quelques bricoles.

Prochaines étapes :

- racheter du béton ciré et enduire les deux autres parties de plan de travail

- mettre enfin en service l'évier de la cuisine

- acheter du chêne et concevoir les plinthes de la cuisine

- finir quelques bricoles et faire une bonne bouffe grâce à une VRAIE cuisine !

 

Ensuite, on verra pour le plancher chauffant du salon, puis l'escalier qui y mène, puis le parquet du salon et enfin la peinture restante du séjour (au-dessus de la chambre d'hôte). On va dire que ceci est l'objectif de l'été 2014 : gagner une pièce !

 

A suivre...

Voir les commentaires