Publié le 29 Mai 2017

Bonjour à tous,

 

Eh oui, mis à la porte... Ou aux portes. Je me suis mis à la fabrication des portes de l'étage. Un projet nouveau pour moi qui n'avais jamais fait cela. Il y aura au total 4 portes à l'étage de la grange : 2 sur paumelles et 2 coulissantes. Juste pour m'amuser et varier les techniques et donc les apprentissages, j'ai décidé de réaliser 4 modèles différents. 

 

La première étape a consisté en de multiples maquettes sur SketchUp pour finalement sélectionner 4 styles qui nous plaisaient le plus. Inutile de reproduire des portes Bricodep** ou LeroyM**** lorsqu'on fabrique soi-même... Nous avons donc décidé de créer des modèles "uniques" et personnalisés.

 

Je me suis d'abord attaqué à la porte de la grande chambre, et nous avons dessiné pour l'occasion cette maquette :

101 - Mis à la porte !

Pas trop de complexité pour celle-ci, le cadre principal est constitué de montants et traverses droits et perpendiculaires, les traverses intermédiaires et les panneaux intérieurs sont constitués de morceaux "en queue de billard", trapézoïdaux.

Malheureusement, pas de photo de la fabrication, je me suis entièrement concentré sur la réalisation. Voici donc quelques clichés du résultat, avant pose !

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Satisfait de ce premier projet, je me suis alors lancé dans la fabrication de la deuxième porte, celle de la salle de bain, avec davantage de problématiques à résoudre : vous comprendrez en visualisant la maquette SketchUp :

101 - Mis à la porte !

"Tout en courbes", tel pourrait être le nom de ce modèle... 

Plutôt confiant après la réalisation de la première porte, j'ai eu la présence d'esprit de détailler les étapes de fabrication de la seconde.

 

Tout a commencé avec du bois, du chêne, en plots bruts secs, qu'il a fallu déligner puis dégauchir et enfin raboter. Un travail assez long, poussiéreux et producteur de copeaux. Pas de cliché pendant, mais je suis arrivé à ceci :

101 - Mis à la porte !

5 morceaux de chêne, de 40mm de section. Je les ai d'abord disposés "à blanc" pour obtenir un ensemble subjectivement harmonieux. Après cela, j'ai repéré puis percé les mortaises avec ma mortaiseuse à bédane carré : pratique car cela fait des trous carrés !

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Les 6 mortaises réalisées sur les montants verticaux, j'ai taillé les tenons des traverses, à la toupie, puis à la main :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

J'ai alors pu emboîter le tout et vérifier les éventuels désaffleurs. Jusqu'ici tout va bien !

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Par la suite, j'ai créé les courbes des traverses du haut et du bas. Pour cela, j'ai d'abord fabriqué un gabarit en contreplaqué de 10mm à la scie sauteuse et je l'ai longuement poncé à la main pour obtenir une courbe lisse et harmonieuse :

101 - Mis à la porte !

J'ai ensuite reporté le trait sur les traverses et je les ai découpées à la scie sauteuse, à quelques millimètres du trait. En effet, même si l'outil est excellent, la coupe dans du chêne de 40mm ne peut être parfaite :

101 - Mis à la porte !

Et je suis retourné sur la toupie, sur laquelle j'ai installé un calibreur, gros cylindre muni de fers et d'un roulement de diamètre parfaitement équivalent : il permet de reproduire la forme du gabarit sur le chêne, par travail "à l'arbre". Etape dangereuse, il vaut mieux éviter d'y laisser les doigts...

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Au fur et à mesure de l'avancement, on plaque le gabarit sur le roulement, et le chêne, dessous, est taillé pour obtenir une forme strictement identique :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Dans la foulée, j'ai réalisé les rainures de 8 mm dans les montants et dans les traverses, pour pouvoir y insérer les futurs panneaux. Ce travail a été fait à la toupie, avec un disque à rainurer pour les parties droites et à la défonceuse pour les parties courbes :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

J'ai alors pu réaliser les sculptures courbes sur la traverse centrale, m'inspirant grandement du travail de l'ébéniste Jory Brigham, dont vous pourrez trouver des créations sur la toile. Pour cette opération, j'ai tout d'abord tracé à la main des courbes, selon ma propre inspiration :

101 - Mis à la porte !

Puis je me suis muni de ma meuleuse à vitesse réglable et d'un disque à lamelles pour creuser le bois. Protection respiratoire de rigueur, même en extérieur !

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Après cette étape de dégrossissage, j'ai continué à la ponceuse orbitale, puis à la main, pour obtenir une finition douce et harmonieuse :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Si on récapitule, je disposais alors d'un cadre en forme, qui s'assemblait et disposait de rainures intérieures pour les panneaux. Petit essai pour avoir un aperçu du résultat :

101 - Mis à la porte !

Quelques temps après, je me suis lancé dans la fabrication des deux panneaux intérieurs. Je redoutais cette étape chronophage, et je ne m'étais pas trompé : chaque panneau m'a demandé 7 heures de travail !

J'ai utilisé ici de la volige de chêne de 18 mm, que j'ai dégauchie puis rabotée à 8 mm afin qu'elle s'insère dans les rainures créées précédemment :

101 - Mis à la porte !

Nous avons alors acheté un nouvel outil, un gabarit multicourbe de ce type :

101 - Mis à la porte !

Malgré un prix assez prohibitif, il permet de réaliser facilement des gabarits courbes en contreplaqués, avec la méthode du calibreur de toupie décrite plus haut, et surtout de créer des gabarits complémentaires, qui s'emboîteront parfaitement. J'en ai ainsi réalisé 4 paires, pour varier les formes :

101 - Mis à la porte !

A l'aide de ces gabarits, et de la toupie, j'ai pu réaliser ce genre de formes complémentaires sur les morceaux de volige rabotés :

101 - Mis à la porte !

La méthode était répétitive, et relativement longue, mais la voici décrite simplement :

Sur cette planche comportant un côté droit, je place mon gabarit en contreplaqué (ici le modèle D) et je le visse sur les extrémités car j'ai de la sur-longueur :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

A l'aide de la scie sauteuse, je dégrossi la pièce de bois, en coupant près du gabarit :

101 - Mis à la porte !

Puis j'utilise le calibreur sur la toupie pour copier la forme du gabarit sur la pièce de chêne :

101 - Mis à la porte !

Il ne me reste plus qu'à dévisser le gabarit D, à placer la pièce de bois avec les autres, et à prendre une autre planche et le gabarit D' pour réaliser le morceau complémentaire :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Ces étapes ont été répétées 20 fois pour obtenir 10 assemblages parfaitement jointifs. Quelques heures plus tard, j'ai donc obtenu ceci :

101 - Mis à la porte !

J'ai alors réalisé de très légers chanfreins à la défonceuse pour bien souligner les jonctions entre les planches :

101 - Mis à la porte !

Et j'ai enfin pu encoller les planches, les placer sur des serre-joints dormants, essuyer l'excédent de colle, retourner le tout, essuyer la colle et attendre le lendemain :

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Le reste du travail a été ponçage, sciage aux dimensions, chanfreinage, assemblage à blanc des panneaux dans le cadre, collage, ponçage, protection au xylophène puis au vernis en 2 couches et enfin encastrement de la quincaillerie (serrure, gâche et paumelles). Je ne détaille pas la réalisation des bâtis.

Sans plus attendre, voici le résultat final, dont je suis très fier !

101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !
101 - Mis à la porte !

Autant dire que j'ai vraiment hâte qu'elle soit posée, ce sera l'aboutissement d'un travail d'une trentaine d'heures !

 

Voilà ! Article menuiserie exclusivement, mais le reste de l'étage avance à la vitesse V ! Tout est quasiment plaqué, l'électricité est passée partout, Mélanie réalise les bandes d'enduit, on a déjà commencé à poncer, la salle de bain est prête à être peinte ! Prochain article très vite avec tout ça !

 

A suivre...

Voir les commentaires

Rédigé par BG & Mélanie

Repost 0

Publié le 1 Mai 2017

Bonjour à tous,

 

En ce jour férié du 1er mai, voici enfin les dernières avancées de la Grange de Gabillou !

 

Peu après le dernier article, nous avons reçu une grosse commande de matériaux, car il nous manquait bon nombre de montants bois (une grosse partie était tordue), ainsi que l'isolant des cloisons en fibre de bois (80mm) et le bois pour créer la mezzanine de l'étage.

Les matériaux à peine livrés et montés à l'étage, nous avons tout de suite commencé la structure de mezzanine et nous l'avons terminée dans la journée :

 

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Bon, rien de bien compliqué au final. C'est de la charpente, alors on n'est pas au millimètre près comme pour la menuiserie. Le petit espace mezzanine ainsi créé n'est pas vraiment une pièce supplémentaire mais un petit bonus architectural pour avoir une vue plongeante du faîtage jusqu'au salon.

 

Par la suite, j'ai commencé à cloisonner la grande chambre. En possession d'une palette de placo abîmé, j'ai décidé de doubler toute cette cloison, cela améliorera l'isolation phonique. Encore une fois, pas vraiment difficile, mais plutôt long avec les découpes. Les plaques sont placées en pose croisée :

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Après cela, nous avons pu isoler cette partie depuis l'autre côté, avec de la fibre de bois de 80mm d'épaisseur. Un jeu d'enfant : facile à couper (au couteau à pain pour notre part), agréable à poser et plutôt bien isolante.

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

L'isolation posée, nous avons installé les suspentes et fourrures du plafond de la salle de bain, avec un niveau laser, puis nous avons placé un pare-vapeur sur l'isolant. Pas vraiment certains de l'utilité de celui-ci, il nous en restait juste assez, donc dans le doute... 

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Et après avoir scotché les jonctions, nous avons retrouvé, avec joie, notre fidèle lève-plaque pour une de ses dernières utilisations dans la grange. Deux plaques seulement ont été nécessaires pour le plafond de le salle de bain !

100 - 1er mai : Faites du travail !

Le lendemain, j'ai plaqué l'intégralité des murs de cette pièce, en placo hydrofuge, évidemment. Pas de photo de cette étape, mais une prise aujourd'hui. Vous pourrez remarquer l'installation du bâti de WC suspendu et la niche pour la baignoire encastrée qui nous sert de rangement durant les travaux !

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Outre un peu d'électricité, j'ai continué puis achevé la structure bois. Pas évident avec les rampants et nos chambres à plafond 2 pans. Beaucoup de calculs, des découpes pas toujours faciles, mais l'ossature est là, en place.

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Du coup, nous alternons maintenant enduit, ponçage, peinture, pose de plaques de plâtre, isolation et électricité :

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Une première chambre est quasiment entièrement plaquée, vous remarquerez la présence du Velux intérieur, face à ceux du puits de lumière du couloir. La cloison qui sépare cette pièce du bureau a reçu des renforts de structure pour pouvoir fixer des étagères murales ultérieurement :

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Pour finir, quelques vues depuis l'échafaudage encore en place :

100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !
100 - 1er mai : Faites du travail !

Voilà pour le moment, on avance plutôt bien et il me semble que notre objectif de fin des travaux intérieurs pour la fin de l'été 2017 est encore envisageable (hors sol de l'étage pour des raisons de budget).

 

En parallèle, durant mes vacances scolaires, j'ai repris la menuiserie. Un premier projet est terminé, mais je vous dévoilerai tout ça dans le prochain article !

 

A suivre...

Voir les commentaires

Rédigé par BG & Mélanie

Repost 0

Publié le 19 Février 2017

Bonjour à tous,

Décidément, ça fait encore un petit moment que l'on n'a pas mis le blog à jour. Pas franchement la tête dans le guidon, alors on a attendu d'avoir quelques avancées notables !

Depuis la fin du rejointoyage, Mélanie a entrepris de réaliser les bandes de plâtre entre les plaques des panneaux de toiture. Un travail assez long car il y en a un paquet !

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons
099 - L'étage : rampants et structure des cloisons
099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Difficile de vous montrer la réelle quantité. Il y a trois parties sur la hauteur de chaque rampant (entrecoupé des pannes de la charpente) et 4 parties entre fermes. Et comme la toiture a deux rampants, ça double la surface. En plus de ça, il y a également 7 Velux dont l'encadrement n'était pas fait. Jusqu'à présent, les couvreurs avaient découpé "à main levée" les plaques...

 

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Résultat : les plaques de plâtre, moins tenues, ont gondolé et il a fallu trouver une méthode adaptée pour les redresser. Après en avoir cassé deux ou trois, nous avons finalement adopté la technique des serre-joints, pour ramener petit-à-petit les plaques vers les chevêtres.

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Après ça, nous avons bourré d'isolant, vissé des tasseaux puis des morceaux de plaque de plâtre bien perpendiculaires. Et Mélanie a pu poser les bandes et enduire !

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Nous avons constaté que les panneaux de toiture étaient assez mal conçus : l'isolant appuie sur les plaques de plâtre et les fait cintrer, entre chevrons. Nous avons longuement hésité à tout enduire, avec un couteau très large de 60 ou 80 cm pour retrouver une planéité parfaite. Finalement, nous optons pour atténuer au maximum sans tout enduire. Ca n'est pas si visible que ça, le jeu n'en vaut peut-être pas la chandelle...

Cependant, certaines parties étaient tellement bombées ou en mauvais état que nous avons décidé de les remplacer. Cela nous a permis de contrôler l'état de l'isolant derrière. Il est impeccable, n'a absolument pas bougé :

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

A la suite de la pose des bandes d'enduit, un long travail de ponçage a été nécessaire. Nous avons d'abord dégainé, confiants, notre ponceuse-girafe. Malheureusement, avec les plaques bombées, elle n'atteignait pas le milieu des bandes. Nous nous sommes donc résignés à utiliser notre machine orbitale, non télescopique, mais néanmoins reliée à un aspirateur.

Puis, sur ses temps de repos, Mélanie a peint la sous-couche sur 2 des 4 parties restantes. Ca éclaircit déjà franchement l'étage !

Les deux parties centrales apprêtées, nous avons pu commencer les structures des cloisons. Comme pour le début de la rénovation, nous utilisons des montants en bois de 45x95mm. C'est solide, rapide et non coupant, nous les préférons donc aux montants et rails habituels. Un mercredi après-midi, nous avons installé une première cloison :

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Puis, en un week-end seulement, nous avons pris un bon rythme, jusqu'à épuiser notre stock de bois. En effet, achetée en même temps que la structure du bas et entreposée à l'étage quelques années, une bonne partie des montants a complètement vrillé... Toujours est-il que les pièces se sont dessinées petit à petit :

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons
099 - L'étage : rampants et structure des cloisons
099 - L'étage : rampants et structure des cloisons
099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

En attendant la nouvelle livraison de montants bois, prévue pour ce mardi 21 février, je continue les bandes d'enduit au-dessus de la future partie bureau.

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons
099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Pour terminer, une petite vue depuis le salon, afin de percevoir plus facilement l'avancement et ce qu'il reste à faire :

099 - L'étage : rampants et structure des cloisons

Voilà les derniers travaux à la grange de Gabillou ! Actuellement en vacances, je vais en profiter pour avancer un maximum. Lorsque les matériaux arriveront, je :

- terminerai la structure bois des cloisons
- créerai la "mezzanine" de la chambre du fond
- commencerai à plaquer et isoler
- fabriquerai les 4 portes intérieures en chêne

 

Un beau programme !

 

A suivre... 

Voir les commentaires

Rédigé par BG & Mélanie

Repost 0