Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Présentation

Bonjour à tous

 

Nous avons créé ce blog dans le but de partager l'expérience que nous allons vivre : nous allons acheter une grange en pierre, située en Dordogne (24) et la rénover entièrement pour l'aménager en maison d'habitation et nous y installer.

Nous souhaitons partager la progression de ce projet, afin de permettre à d'autres personnes d'avoir un aperçu concret d'une telle transformation. Dans la mesure du possible, nous publierons la totalité des étapes de rénovation, les démarches administratives, les coûts engendrés et le résultat obtenu.

La finalité du projet devrait être la création de chambres d'hôtes

 

Nous insistons également sur le fait que la rénovation sera axée autour d'un thème essentiel à nos yeux : le respect de l'environnement. Choix des matériaux, ou encore du mode de chauffage, tout sera particulièrement étudié et choisi de manière à minimiser l'impact sur la planète

 

Si vous souhaitez dialoguer avec nous, nous questionner, ou simplement apporter des commentaires, n'hésitez pas !

 

Bonne visite.

Comment naviguer sur ce blog ?

Les articles sont classés du plus récent au plus ancien. Vous pouvez donc revoir l'intégralité de notre expérience en cliquant sur le bouton "fin" en haut ou en bas de page et en reprenant chaque page de bas en haut.

 

Pour accéder à un thème précis, parcourez les catégories, dans la partie droite de l'écran.

 

Bonne visite !

Jeudi 7 août 2014 4 07 /08 /Août /2014 10:04

Bonjour à tous,

 

Malgré des avancées toujours plus lentes, nous avons ENFIN terminé la cuisine. Tout est fini, il ne reste rien à poser ou à vitrifier, nous pouvons à présent éplucher, trancher, cuire, assaisonner, mais surtout déguster et savourer !

 

Dans cet article, je reprendrai brièvement toutes les étapes de fabrication de la cuisine (car ça n'a pas été que de l'assemblage IKEA !), ainsi que les coûts et économies réalisées. Mais pour commencer, quelques clichés de ce projet achevé :

DSC01882.jpg

 

DSC01908.jpg

 

DSC01887.jpg

 

DSC01904.jpg

 

DSC01898.jpg

 

DSC01899.jpg

 

DSC01909.jpg

 

DSC01910.jpg

 

DSC01903.jpg

 

Pour parvenir à ce résultat, nous avons donc acheté et monté des caissons FAKTUM de chez IKEA, avec leurs pieds et quincaillerie associés.

 

Nous avons décidé de créer les façades et portes pour deux raisons : le prix excessif chez les cuisinistes, IKEA inclus (regardez le tableau ci-dessous), et le design car nous souhaitions quelque chose de très simple, presque brut. C'est donc avec des lames de plancher en chêne que nous avons fabriqué les façades et les portes. Elles sont très épaisses (24 mm), très lourdes (chêne massif) et très nuancées (nous n'avons pas pris de 1er choix mais avec des noeuds et des "défauts"). La construction a été plutôt longue mais pas spécialement difficile, avec les bons outils. Seul inconvénient : le bois travaille plus qu'on ne l'imaginait et il a été nécessaire de renforcer (de façon invisible) certaines portes qui se déformaient. Malgré ça, on voit que l'ensemble bouge :

DSC01900.jpg

 

DSC01901.jpg

 

DSC01902.jpg

 

A ce stade, on ne peut plus faire grand chose, on dira que ça fait partie du charme ! Si c'était à refaire, je procéderais différemment : j'achèterais du parquet de 16mm que j'assemblerais aussi en panneaux, mais je les collerais sur du contreplaqué de 8 mm (face intérieure). Cela limiterait énormément les déformations. A bon entendeur... salut !

 

Pour les plans de travail, hors de question d'acheter du stratifié et hors budget pour du quartz, alors la solution du béton ciré a été décidée : sur des plans de travail à carreler (en aggloméré marine de 25mm), nous avons appliqué un enduit spécial, pour un prix relativement élevé, mais qui correspondait finalement au stratifié intégral. Par souci d'esthétisme, nous avons aussi placé des plans de travail verticaux... Il y a donc beaucoup de surface !

 

Enfin, nous avons ajouté de l'électroménager toujours neuf mais acheté malin sur leboncoin ou via internet. Nous nous en tirons relativement bien (voyez toujours le tableau ci-dessous) ! Je vous conseille le site www.john-steel.com pour ses crédences sur mesure en inox. De bons prix, et un service sérieux ! Finies les crédences aux dimensions trop larges ou pas assez, ici ça tombe parfaitement bien ! Quelques accessoires plus tard, et les plinthes réalisées et posées à la manière des façades, la cuisine est terminée.

 

Bilan financier :

Sans-titre.jpg

Voyez plutôt : quasiment 3400€ économisés par rapport à un projet "on s'embête moins" !

 

Encore quelques clichés avec différents éclairages :

DSC01914.jpg

 

DSC01913.jpg

 

DSC01916.jpg

 

Vraiment chouette d'avoir terminé cette pièce, qui a représenté pas mal de boulot. Elle s'avère spacieuse et très fonctionnelle, tout ce qu'on voulait. Ca change de la kitchenette du mobilhome !

 

En parallèle, nous avons aussi terminé de poser les plinthes de carrelage et les joints ont été réalisés aujourd'hui. Finitions, finitions... Malheureusement, nous n'avons absolument pas commencé le salon : manque de temps, d'argent et d'informations. Nous souhaitons mettre en oeuvre un plancher chauffant sec (sans chape) et je ne sais pas trop quoi choisir parmi les produits disponibles. De même, j'hésite à placer des plaques de Fermacell sur ce plancher chauffant avant la pose du parquet contrecollé compatible. J'ai bien envie de placer le parquet directement sur le plancher chauffant, pour économiser en argent et en hauteur. Des avis là-dessus ?

 

Au programme pour le reste des vacances : réaliser l'escalier menant au salon, puisque je crois connaître la hauteur finale du plancher...

 

A suivre...

Publié dans : Cuisine
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 27 mai 2014 2 27 /05 /Mai /2014 21:03

Bonjour à tous,

 

Ouaaaah, plus de 2 mois depuis le dernier article ! Désolé ! On a bien remarqué que certains d'entre vous s'impatientaient, et ça, ça nous motive à continuer ! Pour être sincère, on a un peu beaucoup relâché la pression : maintenant qu'on vit dans la grange, avec un certain confort et de l'espace, ça devient plus difficile de se faire violence pour avancer. Du coup, ça traîne. Même les petites finitions ici ou là nous pèsent... Espérons que ça ne soit que passager et que la fibre de l'autoconstruction réapparaisse !

 

Depuis la dernière fois donc, on a eu quelques soucis avec la chaudière, certainement logiques après son installation. Quelques coups de fil au chauffagiste et tout est rentré dans l'ordre. On fera un vrai bilan de cette chaudière et du plancher chauffant après un hiver complet, donc en mars 2015. Le système est actuellement à l'arrêt depuis quelques semaines, car les beaux jours reviennent.

 

Nous nous sommes également pas mal occupés du jardin, de la tonte de l'herbe et de la taille des arbres. Entre autres, nous avons créé un massif de lavande à partir d'anciens chevrons de la grange et de super terre récupérée dans notre super compost, histoire d'habiller un peu le pignon sud :

DSC01153.jpg

 

DSC01158.jpg

Rien de bien extraordinaire me direz-vous, mais ça fait du bien de soigner un peu l'extérieur et de profiter du soleil !

 

A l'intérieur tout de même quelques avancées : les façades de cuisine d'abord. Après l'îlot central, nous avons créé les grandes portes pour le chauffe-eau, le frigo et le mini-congélateur. Les poignées, made in China, sont également posées :

DSC01134.jpg

 

DSC01139.jpg

 

Nous avons également terminé les portes et tiroirs bas, puis commandé et installé la hotte :

DSC01099.jpg

 

DSC01138.jpg

 

Le lave-vaisselle intégrable a été acheté et posé, sa façade créée et fixée :

DSC01140.jpg

 

DSC01141.jpg

Vous pourrez remarquer l'évier Franke accompagné de son mitigeur de la même marque, posé à blanc en attendant le béton ciré, et la plaque à induction encore dans son emballage pour la même raison.

 

Côté escalier, j'ai réalisé celui qui relie le séjour et la chambre d'hôte, afin de m'entraîner pour les 3 autres. Environ 8 heures de fabrication et 2 heures de ponçage et vitrification mais le résultat me satisfait pleinement pour un premier essai ! Je me suis bien embêté pour les crémaillères, réalisées en sapin et coupées au millimètre par ma fidèle Festool plongeante :

DSC00802.jpg

 

Le truc, c'est qu'on voulait un escalier un peu moderne, donc les marches ne sont pas perpendiculaires mais présentent un angle de 10° et elles ne dépassent pas sur les contremarches. Bien sûr, aucune vis apparente... On ne le voit pas trop sur les photos, mais l'effet est sympa ! Petit test à blanc, histoire de vous dévoiler le profil de la bête avant ponçage :

DSC00816.jpg

 

A partir de là, il restait un beau ponçage de finition, mais notre ponceuse amateur vibrante a quasiment rendu l'âme. Nous avons donc investi dans un chouette modèle pro d'occasion, une ponceuse orbitale excentrique, qui combine donc 2 mouvements et enlève vraiment beaucoup de matière en mode dégrossissage. Un investissement certes, mais quel outil, je conseille !

71zXJi-vVBL._SL1500_.jpg

 

Quelques heures de finition et trois couches de vitrificateur plus tard, voici notre petit escalier en place :

DSC01151.jpg

 

DSC01149.jpg

 

Pour finir cet article, nous avons commandé et posé une partie de notre kit béton ciré sur le plan de travail de la cuisine. Nous avons retenu la marque Mercadier pour la bonne réputation de ses produits (pas donnés cependant) et la couleur Zinc, un gris foncé. Nous avons décidé de nous faire la main sur l'îlot central, ce qui n'était pas la meilleure idée car c'est à cet endroit que nous avons la plus grande surface continue... Toujours est-il que Mélanie a commencé par appliquer le primaire en 2 couches :

DSC01058.jpg

DSC01063.jpg

 

Là, on s'est rendu compte que le pot de primaire était déjà vide et qu'il faudrait faire une autre commande. Grrrrrrr... Après un court séchage, nous avons préparé un peu de mélange (beaucoup trop en fait) de béton, et nous l'avons appliqué à la taloche :

DSC01073.jpg

 

DSC01067.jpg

 

Le truc, c'est de mettre de très fines couches, de l'ordre du millimètre. La première sert à couvrir le support, la seconde à lisser et à donner de l'effet à la matière. Malgré ça, après deux couches posées à environ 1 heure d'intervalle, le résultat ne nous plaisait pas :

DSC01082.jpg

 

En effet, le béton avait déjà commencé à tirer dans le seau et il était difficile à travailler. Les traces présentes sur le support étaient donc à la limite du volontaire et le résultat pas assez lisse et uniforme pour devenir un plan de travail de cuisine, cela même après ponçage :

DSC01087.jpg

 

Nous avons donc décidé d'appliquer une troisième couche de béton, et nous devrons donc en commander à nouveau car il nous en manquera. GrrrrrrrGrrrrrrr... Voici donc le résultat après séchage et ponçage de la troisième couche :

DSC01090.jpg

 

Voilà ce qu'on espérait ! Il ne restait alors qu'à appliquer un imprégnateur :

DSC01095.jpg

 

Et quelques jours plus tard, deux couches de vernis bi-aqua, spécial cuisine, avant de découvrir le résultat final, à la hauteur de nos espérances :

DSC01123.jpg

DSC01127.jpg

DSC01142.jpg

 

L'aggloméré a donc cédé sa place à une matière uniforme et robuste. On a une réelle continuité entre les parties verticales et horizontales de l'îlot, on croirait à un grand L d'une seule pièce. Petit détail de cette matière minérale avec un bonus installé :

DSC01130.jpg

 

DSC01129.jpg

Bloc prises escamotable OTIO intégré au plan de travail. Ca devrait s'avérer pratique...

 

Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer le résultat avec l'éclairage de la cuisine. D'abord toutes lumières allumées :

DSC01162.jpg

 

Et avec l'éclairage halogène d'ambiance uniquement :

DSC01164.jpg

 

Bon finalement, quand je remonte au début de l'article pour me relire et éviter les coquilles, je me dis qu'on a quand même fait quelques bricoles.

Prochaines étapes :

- racheter du béton ciré et enduire les deux autres parties de plan de travail

- mettre enfin en service l'évier de la cuisine

- acheter du chêne et concevoir les plinthes de la cuisine

- finir quelques bricoles et faire une bonne bouffe grâce à une VRAIE cuisine !

 

Ensuite, on verra pour le plancher chauffant du salon, puis l'escalier qui y mène, puis le parquet du salon et enfin la peinture restante du séjour (au-dessus de la chambre d'hôte). On va dire que ceci est l'objectif de l'été 2014 : gagner une pièce !

 

A suivre...

Publié dans : Cuisine
Ecrire un commentaire - Voir les 21 commentaires
Mardi 18 mars 2014 2 18 /03 /Mars /2014 17:27

Bonjour à tous,

 

Deux avancées depuis le dernier article, toutes deux grâce à notre ami le bois !

 

Tout d'abord, nous avons ENFIN reçu la chaudière. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'installation nous a impressionnés ! Tout d'abord, déchargement de la bête : 650 kg. Même à 4 hommes, il a été difficile de pousser le transpalette sur les cailloux ! Ensuite, le ballon tampon : 280 kg pour un volume de chargement de 2600 litres, autrement dit, des dimensions géantes ! Là encore, pour le faire entrer dans le garage, ça n'a pas été une mince affaire... Enfin, une très belle installation, que nous avons confiée à un chauffagiste local (de Thenon), et qui a fait du très beau boulot.

 

Je vous passe les photos intermédiaires, voyez plutôt l'installation finie :

20140318-DSC00775-11.jpg

 

20140318-DSC00786-22.jpg

20140318-DSC00785-21.jpg

 

Chez Hargassner, c'est vraiment du super matos. Très cher, mais finalement plutôt justifié au regard de la qualité. La chaudière HV20 et son ballon de 2600 litres respirent d'une rigueur de fabrication.

Le principe est le suivant : on charge la chaudière en bûches de 50cm (une vingtaine), on la laisse s'allumer seule, et elle chauffe les 2600 litres d'eau du ballon tampon. Ensuite, la chaudière s'éteint, et le ballon apporte de la chaleur dans le plancher chauffant (entre 25 et 30°). Avec les beaux jours de ces dernières semaines, on a une autonomie d'environ 3 jours avant de charger en bûches, c'est donc très confortable.

 

La chaudière est équipée d'un écran de contrôle tactile. Ca paraît un peu superflu, mais ç'est plutôt bien fait et à l'usage, ça permet de s'informer sur beaucoup de paramètres :

20140318-DSC00781-17.jpg

 

Bilan pour l'instant très positif. On en a pour notre argent : l'installation complète a coûté 20.000€, incluant toute la fumisterie, la régulation, les sondes, les circulateurs... Hélas pas de crédit d'impôt car la grange est considérée comme une maison neuve.

 

Dans la grange, température qui oscille entre 19 et 21 selon les pièces. C'est plutôt rassurant, même si on attend un gros froid pour vraiment se prononcer. Cela dit, le plancher de l'étage n'est pas encore isolé, donc on a encore l'air froid en provenance du garage... Nous ferons le point de temps en temps sur ce mode de chauffage.

 

Pour alimenter la bête, nous nous sommes fait livrer quelques mètres de bois de chauffage qu'il a fallu recouper et ranger :

20140314-IMG_0160-9.jpg

 

Quelques heures de boulot, mais on est tranquilles pour un moment :

20140318-DSC00800-36.jpg

 

Deuxième avancée : les façades de cuisine fabrication maison ! Comme mentionné dans un précédent article, nous avons choisi de réaliser nous-mêmes les portes de tiroirs et de placards afin de faire une belle économie, et d'avoir quelque chose totalement à notre goût. Pour cela, nous avions acheté 15 m2 de parquet en chêne massif rustique à Montignac. Il a fallu d'abord associer les lames pour créer des panneaux harmonieux :

20140225-DSC00708-3.jpg

 

Ensuite, nous avons investi dans de beaux serre-joints dormants de chez Axminster et dans de la colle à bois en seau de 5 kg pour créer les panneaux :

20140227-DSC00724-19.jpg

 

Il a été nécessaire de serrer les panneaux entre deux chevrons car les serre-joints ont tellement de force qu'ils font bomber le bois. Lors du serrage, les excès de colle sortent des jonctions. On attend que ça durcisse un peu et on enlève au couteau :

20140302-DSC00752-47.jpg

 

Puis après 24h de serrage, on enlève les serre-joints et on ponce pendant une heure, avec un grain de plus en plus fin (80 puis 100, puis 120) pour homogénéiser le tout :

20140301-DSC00743-38.jpg

 

Vient ensuite la phase de coupe. Pour cela, rien ne vaut la super scie Festool, qui a quand même réclamé une lame plus adaptée à ce bois très dur (la lame Panther à 12 dents). Avec cet outil et le rail qui va bien, les coupes sont absolument parfaites, et grâce à l'aspirateur branché, il n'y a quasiment pas de poussière :

20140302-DSC00755-50.jpg

 

On se fait un petit aperçu au sol après un dernier ponçage de finition :

20140302-DSC00762-57.jpg

 

Ca correspond à ce qu'on voulait : un design sobre, sans moulure, sans fioriture. Chaque partie de la cuisine est découpée dans un seul panneau, ce qui donne un ensemble cohérent puisqu'on retrouve les lames d'origine, même une fois les façades découpées.

 

Pour finir, 3 couches de vitrificateur hors de prix, mais ayant la particularité de ne pas modifier la teinte du chêne brut :

20140304-IMG_0152-1.jpg

 

Et on pose le tout grâce aux fixations IKEA fournies avec les caissons et les tiroirs. Il ne manque que les poignées inox qui ont été commandées en Chine et mettent un peu de temps à arriver, mais le résultat nous plait beaucoup :

20140310-DSC00770-65.jpg

20140310-DSC00766-61-2.jpg

 

Le seul hic pour le moment est que le bois étant un matériau "vivant", il travaille et se déforme volontiers. Certaines façades ont donc un peu tendance à courber, mais cela reste léger. Voilà où nous en sommes pour le moment, reste à aller faire percer les portes pour recevoir les charnières, chez un ami qui possède une perceuse à colonne et la mèche qui va bien. Photo bientôt du résultat final. Le mois prochain normalement, achat et pose du béton ciré sur les plans de travail. On s'interroge beaucoup sur la couleur !

 

A suivre...

Publié dans : Chauffage
Ecrire un commentaire - Voir les 21 commentaires

Nombre de visites

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés